PLASTIQUES ET COMPOSITES DANS LES VEHICULES RENAULT
Documents

Autocontrôle de la cuisson des préimprégnés polyester (SMC)

1= Début du développement des SMC dans les automobiles Renault

- De mars 1967 à février 1970, une expérience de moulage de 50.000 tablettes arrières R4 en préimprégné a été effectuée à notre usine de Choisy le Roi. Ce préimprégné fourni par PECHINEY-SAINT GOBAIN, avec qui nous avions un contrat de coordination des recherches, était un mat de fibres de verre imprégné de résine polyester et d'adjuvants divers dans leur usine de Chauny.

 

- En 1970 l'usine de Dreux a été crée pour des fabrications diverses, dont celles de moulage de boucliers en SMC pour R15, R17 et R5.
Le préimprégné était réalisé sur une machine horizontale avec des mèches de verre coupées, dans l'usine de Chauny.

 

Machine SMC de Chauny

 

Hall des presses à Dreux

2 - Caractérisation et contrôle des SMC

- Comme nous étions les premiers à industrialiser le moulage de pièces en SMC, il nous a fallu mettre au point des méthodes d'essais pour contrôler le SMC avant, pendant et après moulage. ces méthodes ont été normalisées AFNOR puis ISO.
Au cours de la mise au point de l'essai de moulabilité, nous avons analysé les différentes phases de moulage avec un capteur de déplacement entre les plateaux de presse et un thermocouple à la surface du moule d'essai.

3 - Dispersions entre les lots de matières et les conditions de moulage à Dreux

- Le SMC est un produit dont la plasticité évolue en fonction de la température, de l'hygrométrie et de la durée du stockage avant moulage.
Pendant la découpe des flans et pendant l'attente avant chargement du moule, le SMC perd plus ou moins de styrène (facteur de réticulation présent dans la résine polyester)
Les températures des flans et des moules peuvent varier en fonction des conditions climatiques.
Les régleurs augmentent donc la pression de moulage et le temps de cuisson sous presse pour avoir un minimum de pièces loupées au moulage.

4 - Expérimentation de l'autocontrôle de la cuisson sous presse du SMC

- En 1969, nous avions imaginé, réalisé et expérimenté sur une presse de Choisy un appareil d'autocontrôle de la cuisson déclenchant l'ouverture de la presse le plus tôt possible. Un moule de bouclier avant R5 avait été aménagé pour disposer un thermocouple dans une zone où l'épaisseur du bouclier est la plus élevée.
Les résultats avaient montré que ce dispositif permettait de mouler des pièces avec une durée de cuisson nécessaire et suffisante pour qu'elles soient bonnes
L'appareil électronique qui recueillait les signaux des capteurs de déplacement et de température et déclenchait l'ouverture de la presse avait été baptisé "Appareil d'AutoContrôle de Cuisson" (AACC) Cet appareil avait été réalisé avec le concours de Paul Goebel (spécialiste en électronique à Rueil)

5 - Suite et fin

- Avec l'aide de M.Tixier du Service des brevets (0804) nous avons déposé le 25 juin 1969 une demande de brevet d'invention "Dispositif de contrôle de la cuisson sous presse de produits à réaction exothermique et/ou à retrait de moulage"

- Les Méthodes de Dreux ayant organisé la production en enchaînant les opérations et les opérateurs situés avant, pendant et après le moulage, avec un temps de cycle constant. Il aurait fallu modifier l'organisation et l'implantation des postes de travail pour adopter l'AACC.

- Vers 1975, une enquête technique a été menée chez plusieurs fabricants et mouleurs de SMC pour chercher un partenaire capable d’épauler (et aussi de concurrencer) l’usine de Dreux dont l’engagement des presses arrivait à saturation.
C’est Mécélec, fournisseur d’appareillages électriques et téléphoniques, qui a été choisi.
L’accord passé avec Renault a donné le départ de la Société Inoplast qui n’a cessé de croître jusqu’à absorber, 20 ans plus tard, toutes les fabrications plastiques.
A noter qu'ils auraient utilisé le moule de bouclier munie d'un thermocouple pour optimiser le temps de cuisson sous presse.

6 - Conclusion

- Aujourd'hui, à l'ère des robots et de l'intelligence artificielle, il devrait être possible de mouler des pièces en SMC sur des presses mécaniques horizontales (Brevet Renault N° FR2480667 publié le 23/10/1981) qui se règleraient automatiquement en fonction de la plasticité et de la réactivité de la matière en utilisant l'AACC..

Pierre Roubinet

Document rédigé et publié sur ce site en mars 2018

Retour à Documents