PLASTIQUES ET COMPOSITES DANS LES VEHICULES RENAULT
Documents

DIRECTION DES LABORATOIRES -  S. 0854 P. ROUBlNET/JL    Le 19 Octobre 1973

 COMPTE RENDU DE VISITE N° 436
VISITE DE L'USINE ALPINE DE DIEPPE LE 3 OCTOBRE 1973

Personnes rencontrées:

1- OBJET DE LA VISITE

Nous avons d'abord eu un entretien avec M. PRIEUR qui nous a fait l'historique des difficultés rencontrées depuis le démarrage de la A310 : accroissement trop rapide des effectifs en personnel non qualifié, hésitations sur le choix des matières premières, interférences entre les méthodes anciennes et les méthodes "nouvelles" inspirées de POLYEST, etc..

Nous avons ensuite précisé, en ce qui concerne les stratifiés, les points sur lesquels nous pouvions apporter l'assistance de laboratoire et de technologie proposée par M. GOUPY : examen de matières premières et de pièces moulées, établissement de spécifications techniques, conseils pour les pièces nouvelles ou les modifications envisagées, études et essais des procédés de fabrication adaptés à la petite série, etc
Il s'agit là de questions pouvant être traitées à RUEIL dans le cadre de nos activités normales. En ce qui concerne l'aide pouvant résulter de notre visite à DIEPPE, nous avons proposé à M. PRIEUR le plan suivant :

Pour le présent, en gardant le découpage de la caisse et les procédés de fabrication actuels,

Pour l'avenir, lorsque seront envisagées des modifications sur la A310, ou la création d'un nouveau véhicule,

2 - VISITE DE L'ATELIER DE MOULAGE

La gamme de fabrication actuelle figure en annexe 1. Nos observations sont rassemblées dans un document en annexe 2.
Elles peuvent se résumer de la façon suivante :

  1. Les moules sont en mauvais état, sauf un jeu moulé en résine époxy et gardé en réserve.
  2. Il Y a des problèmes de sélection, de formation et d'encadrement du personnel.
  3. La distribution et la préparation de la résine paraissent anarchiques.
  4. Le découpage de la caisse et la gamme de fabrication semblent bien adaptés au moulage au contact d'un ou deux véhicules par jour et par jeu de moules.

3 - REFLEXIONS SUR L'ORGANISATION:

Les documents de base nécessaires, selon nous, à l'amélioration de l'organisation sont :

A partir de ces documents et des observations faites en atelier, il conviendrait d'établir :

  1. Un graphique de procédé sur lequel devrait figurer les stockages, les postes de travail, les manutentions de matières, de pièces et de déchets.
  2. Un graphique d'engagement des moules, de la cabine de gel-coat, et de l'étuve.
  3. Un graphique d'engagement du personnel basé sur celui des moules.

A ce niveau, il devrait être possible de dire s'il est intéressant de modifier l'implantation et les horaires de travail, et de définir la cadence maximum.
En règle générale, pour un bon engagement des moules et du personnel, on est amené à adopter plusieurs horaires décalés. Quelques personnes commencent leur travail plus tôt, d'autres plus tard, les repas sont également décalés.
Le moulage d'une pièce ne doit pas être interrompu avant son achèvement, c'est l'évolution de la matière qui commande.

Pour faire appliquer efficacement et rapidement les décisions prises, il est recommandé d'appliquer le système habituel des réunions périodiques de tous les intéressés. A l'issue de chaque réunion un compte rendu est établi sous forme de tableau à 5 colonnes:

Poste concerné Problème posé Solution à appliquer Responsable Délai

4 - SECURITE

Les dispositifs et consignes de sécurité semblent moins sévères que dans les ateliers plastiques de RENAULT (CHOISY, DREUX et RUEIL), en ce qui concerne l'appareillage électrique, les aspirations et les visites médicales.
Des échanges d'informations entre agents de sécurité dans la même profession nous semblent nécessaires.

5- ASSISTANCE DE LABORATOIRE

Un échantillon de résine polyester SL64 d'UCB et deux plaques de stratifié moulées avec l'ancienne et la nouvelle gamme nous
ont été remis par M. VEQUE pour examen. Les résultats seront communiqués fin octobre.

6 - ASSISTANCE TECHNIQUE

Pour effectuer les premiers essais de moulage du capot par injection de résine, nous avons recommandé à M. PRIEUR de faire approvisionner les matières suivantes :

Pour obtenir un stratifié comportant environ 30 % de verre en poids, il faut disposer dans le moule un mat de 450 g/m² par mm d'épaisseur.
Il est prévisible que les difficultés de remplissage seront d'autant plus grandes que les épaisseurs seront faibles, le taux de verre élevé et les emboutis profonds.

A titre indicatif nous avons relevé sur une BAGHEERA :

7.., CONCLUSION

Dans le cadre d'une assistance technique de RENAULT auprès d'ALPINE nous avons effectué une enquête d'une demi-journée dans l'atelier de moulage de l'usine de DIEPPE.

La technique utilisée pour le moulage de la coque nous parait bien adaptée à l'obtention de propriétés mécaniques élevées sous un faible poids.

Des améliorations sont possibles, mais l'emploi d'autres techniques (moulage par injection de résine par exemple) ne pourra être appliqué qu'à un nombre limité de pièces.

P. ROUBINET

Document scanné et converti en fichier html en octobre 2014

En complément : voir l'historique d'Alpine dans le Groupe Renault

Retour à "Documents" Annexe 1