PLASTIQUES ET COMPOSITES DANS LES VEHICULES RENAULT

Historique

6 - Les premières carrosseries en plastique (1954-1955)

Le premier procédé utilisé pour obtenir des éléments de carrosserie en plastique armé a été le moulage à la main (dit moulage au contact) de stratifiés verre-polyester. L'apparente facilité de mise en oeuvre (un pot de résine + un pinceau), la légèreté des pièces et leur résistance à la corrosion ont séduit les membres de la Commission des Recherches. De plus, les outillages destinés à réaliser la carrosserie de la Corvette Chevrolet en stratifié avaient été aperçus durant la mission de MM. Arciet et Jeanne aux USA.

C’est selon ce procédé qu’ont été moulés en 1954 cinq exemplaires de la voiture décapotable Ondine* sur châssis Frégate, par l'atelier plastique pilote. Une de ces Ondines, confiée à Jacques Godet, participa au Tour de France cycliste.
Au départ, un cabriolet tôlé Ondine a été réalisé par le carrossier Ghia à Turin. Puis l'étude a été reprise chez Renault par M. Bouttier qui avait acquis l'expérience des carrosseries en plastique chez Rosengart.

Parallèlement, diverses Frégates sont équipées avec des portes, des capots et des ailes moulés en polyester armé de tissus verranne, technique abandonnée par la suite au profit des tissus silionne et des rovings employés en 1955 pour la carrosserie de l’Etoile filante.

Cette voiture à turbine à gaz comporte une carrosserie moulée entièrement à la main en stratifié de très faible épaisseur mais de très bonnes propriétés mécaniques, et un cockpit thermoformé en Plexiglas fabriqué avec un montage de fortune réalisé à l’atelier de l’Usine O.
Elle remporte trois records du monde de vitesse: le km, le mile et les 5 miles lancés, au Lac Salé (USA).

(voir article paru dans le Bulletin Technique Renault N°36 en octobre 1959)

* Ne pas confondre avec une version de la Dauphine baptisée également Ondine.

Retour à la page d'accueil Retour au sommaire Page suivante