PLASTIQUES ET COMPOSITES DANS LES VEHICULES RENAULT

Historique

9 - Le formage des thermoplastiques (1957)

9.1 La chaudronnerie plastique

Après la guerre de 1939-1945, des applications civiles du PVC ont commencé à se développer. A partir de tubes et de plaques que l'on pouvait mettre en forme et souder à des températures déterminées, un artisanat de chaudronnerie plastique a vu le jour.

Moins cher que les métaux inoxydables, le PVC a rapidement été utilisé pour la confection des bacs et des canalisations en contact avec des acides (installations d'électrolyse: nickelage, chromage, etc), notamment chez Renault où un atelier nouveau a été créé. C'est dans cet atelier de chaudronnerie plastique, implanté au Bas Meudon et dépendant de l'Entretien de Billancourt, que je suis allé faire un petit stage d'initiation en 1957.
Les semi-produits utilisés étaient des plaques et des tubes en Afcodur (PVC rigide) ou en Afcoflex (PVC plastifié).
Pour porter les zones à former à la température de plastoélasticité, un chalumeau oxyacéthylénique classique était utilisé. Seuls les gaz brûlés chauds devaient lécher le PVC, mais surtout pas la flamme sous peine de le fondre et le carboniser.
Pour le soudage d'éléments en PVC entre eux, un chalumeau à air chaud (Leister) et des baguettes de soudure en PVC étaient utilisés.

9.1 Le thermoformage

Le procédé de thermoformage consiste à plaquer sur l'empreinte d'un moule, par aspiration et/ou par pression, une plaque (ou film ou feuille) de matière thermoplastique préalablement chauffée jusqu'à l'état de plastoélasticité. Le démoulage s'effectue après refroidissement. Les pièces sont ensuite détourées et ébavurées.

Procédé de thermoformage >>

Les premières machines à thermoformer (de fabrication étrangère) étaient très chères. Or nous avons appris qu'un bricoleur astucieux parisien (M. Brebion) fabriquait des machines plus simples et moins onéreuses. C'était de la construction mécanosoudée au lieu d'un assemblage précis d'éléments usinés.

Pour voir des machines Brebion en service, nous avons visité la Société SEAB (Sté d’Etude et d’Application de Brevets) à Villejuif, dirigée par M. Darpin. C'est là qu'étaient thermoformés tous les éléments de carrosserie de la Méhari, ainsi que des planches de bord direction à droite, pour Citroën.
Ils travaillaient également à la mise au point d'une machine tétrapack pour le conditionnement du lait. Le test de solidité consistait à lâcher du premier étage un sachet rempli d’eau et clos. Il ne devait pas éclater en heurtant le trottoir.
C’était une attraction pour les enfants sortant de l’école.

Pour réaliser quelques petites pièces en plastique (notamment des aérateurs de baie pour l'autorail Panoramique), nous avons acheté une machine à thermoformer Brebion, laquelle a été implantée dans l'atelier plastique de Choisy. Comme les moules occupent rarement toute la surface des flans, nous formions des gobelets et des plumiers dans les zones à détourer.

Plus tard, l'atelier plastique pilote de Rueil s'est équipé d'une grande machine à thermoformer pour réaliser des pièces prototypes prévues injectées en série. Cette machine a également servi à la mise au point des planches de bord (peau thermoformée remplie de mousse PU ou peau thermogainée sur pièce moulée).

Retour à la page d'accueil Retour au sommaire Page suivante