PLASTIQUES ET COMPOSITES DANS LES VEHICULES RENAULT
Documents

Bulletin Technique Renault, mars - avril 1970

Les matières plastiques à la Régie

L'industrie automobile, perpétuellement à la recherche de solutions nouvelles, fait de plus en plus appel à toutes les ressources des matières plastiques. Cette évolution se dessine nettement à chaque apparition d'un nouveau modèle. En effet, la substitution tôle-matières plastiques se réalise surtout au stade de la conception du produit, la mise en place des moyens de production tôlerie et les spécifications mécaniques des pièces rendant plus difficile le remplacement au niveau des produits élaborés.
Qu'appelle-t-on, en fait, plastiques? Ce sont des polymères de synthèse, c'est-à-dire des matériaux qui dérivent d'une ou de plusieurs molécules simples : les monomères. Sous l'action de la température ou en présence de catalyseurs, les molécules monomères s'accrochent en chaînes plus ou moins longues et plus ou moins ramifiées pour former des polymères.

Avant la dernière guerre, on ne connaissait essentiellement que les bakélites. Depuis, l'emploi des nylons, des polystyrènes, des polyvinyliques, des polyacryliques s'est généralisé. Aujourd'hui, l'industrie des plastiques se situe au 14° rang des activités industrielles en France.

La Régie s'est intéressée, dés 1950, à ces matières afin d'en délimiter le champ d'application. Des expérimentations ont été entreprises sur des pièces mécaniques, des coussinets, des pignons et des engrenages. Un premier bilan établi en 1961 a montré que la Régie consommait 3750 tonnes de matières plastiques par an, dont 800 tonnes fabriquées par l'usine. Actuellement, le chiffre de consommation annuel dépasse 11 000 tonnes. A titre d'exemple, la Renault 6 comporte plus de 225 pièces différentes correspondant à un poids total de 21,8 kg.

POURQUOI CE DÉVELOPPEMENT CONTINU ?

Les raisons profondes de ce développement continu sont multiples mais les facteurs principaux sont :

Ces critères de base, peu palpables et difficilement chiffrables sauf le dernier, sont renforcés par les qualités intrinsèques des plastiques

Les 5 paragraphes suivants concernent :

Ces sujets sont traités dans d'autres documents pouvant étre consultés sur ce site.
Les photos illustrant cet article sont visibles dans le chapitre
photos.

Dernier paragraphe :

EXTENSION DES EMPLOIS

On constate actuellement une évolution des pièces fabriquées en thermoplastiques vers des dimensions de plus en plus grandes. Au point de vue concurrentiel, la comparaison des prix est en général à l'avantage des plastiques pour les pièces de fonderie mais, en tôlerie, le problème reste posé pour les grandes pièces.

Dans le domaine de la décoration, une technique nouvelle est apparue : le chromage. Grâce à des traitements préalables (dépôt d'une couche conductrice très mince) il devient possible de traiter la pièce en bain classique de cuivre, nickel et chrome.

Dans le domaine de la concurrence avec le verre, l'industrie chimique cherche à remédier aux défauts majeurs du « Plexiglas » ou méthacrylate de méthyle (rayures, abrasion, fissuration), à la suite des tentatives qui ont été faites pour les lunettes arrière de véhicules.

Dans le domaine des thermodurcissables, les développements marquent le pas.

Pour les résines polyesters, un nouvel essor peut être attendu par le développement des emplois des préimprégnés. La. Régie Renault, en liaison avec divers fournisseurs, étudie les possibilités offertes par ce nouveau procédé.

L'avenir des polyuréthanes paraît prometteur dans le domaine des mousses semi-rigides pour pièces de garnissage. Par ailleurs, des développements nouveaux sont à attendre dans le domaine des mousses de coussinages, qui devraient acquérir des performances améliorées.

Dans la construction automobile, l'utilisation des plastiques sous leurs diverses formes impose la mise en oeuvre d'un grand nombre de procédés. A la Régie, il est devenu indispensable d'entreprendre des études sur les produits et leur transformation. La connaissance complète des processus permet des contrôles de qualité aux niveaux de la réception des produits ou de leur transformation. Elle permet aussi de prévoir des « solutions plastiques » nouvelles, c'est-à-dire de remplacer un matériau traditionnel par du plastique.

Ce document est le résumé d'un article paru dans le Bulletin Technique Renault de mars-avril 1970, dont le nom du rédacteur n'est pas mentionné. Conversion en fichier HTML "plastiques_a_la_regie.htm" en août 2013.

Retour à Documents